L’île Maurice est magnifique.

A l’arrivée des premiers colons en 1598, le territoire était une forêt.

Aujourd’hui, c’est un écosystème menacé par l’agriculture intensive, les rejets industriels et l’absence d’une politique de développement durable…

Pourtant, notre île a tout ce qui lui est nécessaire pour permettre à l’humain de devenir autosuffisant au niveau alimentaire et énergétique.

A l’île Maurice, en 2012, 50 % des produits agricoles testés par les laboratoires de l’Agro-industrie contenaient des résidus de pesticides, 55 000 tonnes d’engrais chimiques sont utilisés chaque année dans la monoculture de la canne à sucre.

En 2015, l’association LEKOVILAZ organisait la marche contre Monsanto pour alerter les politiques et la communauté mauricienne de la vulnérabilité alimentaire de Maurice face à l’hybridation des semences et l’utilisation non-contrôlée des pesticides sur les cultures vivrières et sucrières.

En 2020, nous vivons, une situation sans pareille, qui demande une prise de conscience et une véritable volonté politique de changement. Si nous ne faisons rien, les conséquences sur la santé des mauriciens seront dramatiques, puisque la situation actuelle est déjà alarmante.

« Le problème de l’insécurité alimentaire est une véritable épée de Damoclès suspendue sur nos têtes et sur celles des futures générations »

Faizal Jeeroburkhan – Le Mauricien – Juin 2015

Importations alimentaires

Productions locales exportées

LEKOVILAZ pense que le pays doit viser l’autosuffisance alimentaire, les mauriciens peuvent produire eux-mêmes fruits et légumes tant au niveau individuel que collectif, développer des projets communautaires de permaculture, lancer des coopératives, etc.

Enfin, les membres du collectif pense que le pays doit démocratiser l’accès à l’information, la formation et la promotion de méthodes agricoles naturelles ne nécessitant pas l’utilisation de produits chimiques de synthèse.

Ces méthodes agro-écologiques enseignées dès le plus jeune âge permettront le développement d’une culture respectueuse des sols et les écosystèmes, pour enfin rendre à la Terre ce qu’elle nous donne abondamment : la Vie !